Conseils de pratique Les difficultés

La douleur pendant la méditation.

Vous avez commencé à pratiquer la méditation et vous avez remarqué que certaines douleurs apparaissaient pendant votre pratique ?

Aujourd’hui, je souhaiterai vous donner quelques pistes pour aborder la douleur pendant la méditation.

La douleur pendant la méditation n’est pas nécessaire

Avant toute chose, je voudrai rétablir une certaine idée qui peut parfois persister : non, il n’est pas nécessaire de souffrir pendant la méditation.

Certaines personnes continuent de penser que la douleur de la posture est incontournable, et qu’il faut souffrir pendant la  pratique. Ce n’est pas le cas.

La posture ne doit pas générer des douleurs intenses, et il n’y pas de nécessité de rester avec ces douleurs si celles-ci peuvent être éliminées. (vous pouvez retrouver dans cet article toutes les recommandations pour la posture)

Il ne s’agit pas non plus de bouger toutes les 5 minutes, dès qu’un inconfort apparaît, mais pas non plus de s’infliger des postures douloureuses dans le simple but d’impressionner les autres, ou de se « surpasser ».

Douleur pendant la méditation ou inconfort ?

Quand vous vous installez dans votre posture de méditation, il est possible que vous ressentiez après quelques minutes de pratique un certain inconfort. Nous verrons comme faire avec cela, mais il ne s’agit pas de rester dans la posture jusqu’à ce qu’une douleur apparaisse.

L’inconfort est une chose la douleur en est une autre.

Apprenez déjà à faire la différence, afin d’adopter une attitude appropriée. En effet, vous n’allez pas traiter de la même façon un inconfort ou une douleur.

Un inconfort, cela peut se manifester par des fourmis dans les jambes, ou une petite tension dans une épaule, et cela peut être dépassé (je vous explique comment ci-dessous)

Douleur pendant la méditation, ne pas rajouter de la souffrance.

Lorsque vous méditez, et que la douleur apparaît, vous pouvez avoir certaines pensées : « oh, c’est dur ! Oh j’ai trop mal, je n’ai pas de chance ! Oh là là, je suis trop vieux pour faire ça… » Et ces pensées ajoutent de la souffrance à la douleur.

Ce n’est pas parce que vous avez des douleurs que cela signifie que ce sera toujours le cas pendant votre pratique. Cela ne signifie pas non plus que vous êtes irrémédiablement malade, ou mal en point, ou vieux, et je ne sais quoi d’autre. La douleur pendant la méditation va passer après votre pratique, dans la plupart des cas.

L’esprit peut avoir tendance à vous embarquer dans des pensées négatives et anxiogène : vous ajoutez alors de la souffrance à une simple douleur qui aura certainement disparu d’ici quelques minutes.

Que faire si douleur pendant la méditation ?

Voici quelques conseils si vous ressentez des douleurs pendant la méditation

Vérifier la posture :

Lorsque vous vous installez pour méditer, vous souhaitez être concentré. Pour cela vous devez avoir le dos droit, et vos épaules doivent être relâchées, (voir l’article sur les postures). Parfois, en voulant se concentrer, nous pouvons installer quelques tensions dans le corps. La première chose est donc de vérifier que vous n’avez pas de tensions. Prenez soin de relâcher complètement vos épaules, vos bras, votre dos.

Vérifiez aussi que votre dos est correctement positionné. Vous pouvez par exemple, les yeux fermés, faire des petits mouvements d’avant en arrière avec votre buste. Et vérifiez le point neutre, qui permet de garder le dos droit sans tension sur l’arrière du dos, mais sans tension non plus sur l’avant du buste.

Vérifiez l’inclinaison de votre bassin. Celui-ci devrait être en antéversions, légèrement vers l’avant, pour permettre un alignement naturel de la colonne vertébrale. Si ce n’est pas le cas, essayez de vous installer sur un coussin plus épais, ou rajouter une couverture pliée.

Douleurs pendant la médiation : bouger en pleine conscience.

Une fois les ajustements de la posture effectués, si la douleur est toujours présente, vous pouvez bouger. Il suffit parfois d’ajuster la position d’une jambe, ou de bouger un peu les épaules, ou de courber légèrement le dos pour soulager la douleur. Vous pouvez par exemple décroiser une de vos jambes pendant quelques minute puis la replacer ensuite.

L’essentiel est de ne pas être en réaction, mais de bouger en pleine conscience. Quand vous sentez que la douleur n’est plus supportable, vous devez prendre la décision de bouger « bon là, je vais juste bouger ma jambe ! ». Ne pas réagir pendant ces moments de pratique vous entraîne à être vraiment conscient, et à ne pas réagir aussi dans votre quotidien, quand vous êtes confronté à une situation qui vous dérange.

Pendant le mouvement de changement de posture, soyez conscient des sensations qui accompagnent votre geste. Sentez le soulagement, les vibrations, et toutes les sensations présentes.

Douleurs pendant la méditation : que faire quand elles persistent ?

Si vos douleurs persistent, voici une pratique qui va vous aider à les aborder de façon différente :

  • Installez-vous dans votre posture habituelle. Et commencez votre pratique, en focalisant votre attention sur votre posture, et en l’ajustant si nécessaire.
  • Prenez conscience de votre respiration, et de toutes les sensations qui l’accompagnent. Ne cherchez pas à modifier votre respiration, restez présent.
  • Si une douleur se manifeste, et que malgré vos ajustements, elle persiste, soyez conscient de sa présence. Sentez quels types de sensations sont là. Est-ce que cela brûle, pince, appuie. Ne cherchez pas à repousser la douleur mais laissez la prendre toute la place qu’elle doit prendre, accueillez là pleinement comme faisant partie de votre expérience du moment.
  • Ne cherchez pas à refouler la douleur, vous risqueriez d’installer des tensions qui augmenteraient encore son intensité.
  • Focalisez-vous sur les sensations, et remarquez les pensées qui se manifestent. En essayant de vraiment vous recentrer sur la sensation physique et ses caractéristiques : brûlure, pression, etc.
  • Puis vous pouvez focaliser votre attention sur le point précis où la douleur se manifeste. Essayez d’aller au cœur de cette sensation. Et essayez de respirer à l’intérieur de la zone, comme si vous envoyiez votre souffle dans la zone douloureuse. Sans chercher à obtenir quoique ce soit, juste en vous concentrant.
  • Remarquez aussi comme les sensations changent, sont intenses, puis moins fortes. Soyez conscient de tout cela avec beaucoup de douceur.
  • Puis focalisez à nouveau votre attention sur votre souffle et sur les autres sensations du corps.

Et continuez votre pratique comme vous en avez l’habitude.

Le fait de vous focaliser vraiment sur la sensation, va vous éviter de nourrir des pensées et de crisper votre corps. Vous accueillerez ainsi vraiment la douleur, sans chercher à la modifier ou à la faire disparaître, mais sans vous accrocher non plus à elle.

L’inconfort pendant la pratique :

Parfois vous pouvez ressentir certains inconforts pendant la pratique. Ce ne sont pas véritablement des douleurs, mais de petites tensions, parfois dû à la posture prolongée.

Si vous le pouvez, restez avec, sans ajouter de pensées ou de commentaires. Et sans chercher à vous focaliser dessus. Accueillez simplement ces inconforts comme faisant partie de votre expérience du moment présent.

En adoptant cette attitude vous vous entraînez à accueillir avec plus de douceur et de patience tous les inconforts que vous pouvez rencontrer dans votre vie. Cela vous entraîne à avoir plus de stabilité émotionnelle et mentale, à ne pas vous agacer pour la moindre difficulté. C’est un entrainement très intéressant.

J’espère que cet article vous aura donné quelques pistes intéressantes. N’hésitez pas à partager votre expérience dans les commentaires.

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.