Conseils de pratique Pourquoi méditer?

Impact de la méditation dans la vie quotidienne

La plupart des personnes qui s’engagent dans la pratique de la méditation, ont une raison pour le faire. Souvent un peu de stress, ou des émotions difficiles à maîtriser. Mais en réalité, quel impact de la méditation dans la vie quotidienne ?

C’est ce que je vous propose d’explorer, avec des conseils pour vous engager avec une attitude juste.

Impact de la méditation sur nos pensées :

La première chose que j’ai remarquée quand j’ai commencé à méditer, c’est le nombre impressionnant de pensées que je pouvais avoir.

Je n’y prêtai jamais attention, et je ne me suis pas engagée dans la pratique pour cette raison. Mais le fait est que je blablatais dans ma tête sans arrêt. Que ce soit pour des pensées sur le passé ou sur le futur.

 Mais mes « ruminations » étaient plutôt sur les événements passés. Je les repassai en boucle, et je m’imaginai : « si j’avais dit ça, si j’avais fait ça, et blablabla ».

Au bout de quelques semaines de pratique, j’étais déjà davantage capable de remarquer toutes ces pensées. Je ne parvenais pas à m’en extraire, mais je le remarquai.

En effet, lors des méditations formelles, nous notons à chaque fois qu’une pensée surgit, pour revenir à notre objet d’attention (le souffle, les sensations, etc.). A force d’entrainement, nous remarquons plus facilement dans le quotidien comme ces pensées sont présentes.

Au début, nous sommes toujours happés par ces pensées, mais nous remarquons ensuite que nous avons été distraits, que nous sommes « absents ».

Puis au fil de l’entrainement, nous parvenons à mieux identifier ces moments de ruminations.

Pas question de supprimer les pensées :

Il ne s’agit pas de supprimer les pensées. Mais de voir celles qui nous sont utiles (pour organiser notre quotidien, pour réfléchir à un projet), et celles qui ne servent à rien.

Vous devez penser à aller chercher vos enfants à l’école, mais il n’est pas nécessaire de ruminer pendant trois jours sur la remarque désobligeante de votre collègue.

Prenez soin aussi de remarquer si vous repoussez les pensées. Parfois c’est très subtil, juste une petite voix intérieure « oh arrête de penser à ça, c’est débile ! ». Il ne s’agit pas de vous blâmer. Mais juste de remarquer que vous pensez à ça. Vous pourriez plutôt vous dire : « ah tiens, encore ce sujet qui revient ! ». Et vous ramenez votre attention sur votre souffle ou vos sensations.

Impact de la méditation sur les émotions :

Une de mes premières prises de conscience de l’apport de la méditation sur les émotions fut lors d’évènements personnels douloureux.

J’étais triste, j’avais peur, mais je gérai chaque moment l’un après l’autre. J’agissais pour régler le problème de façon définitive. Je ne me lamentai pas sur mon sort, je pleurai parfois, mais j’agissais.

Je n’étais pas dans la peur incontrôlée, ou dans le désespoir.

Cela a été salvateur pour moi. Sans la méditation, j’aurai été effondrée, et dans l’incapacité d’agir de façon efficace.

Pourquoi la méditation nous aide face aux émotions ?

Quand une émotion se déclenche, nous avons souvent tendance à la nourrir inconsciemment avec des pensées.

En méditant régulièrement, nous apprenons à reconnaitre ces ruminations. Nous pouvons alors revenir à l’instant présent, à ce qui est là, sans exagérer la situation.

Cela ne signifie pas qu’il faille supprimer les émotions. Nous pouvons être triste, sans être désespéré, nous pouvons être en colère, sans devenir violent (verbalement ou physiquement).

Il nous faut juste accueillir cette émotion pour ce qu’elle est, et ne pas extrapoler.

Impact de la méditation sur la concentration :

De nombreuses études le montrent(1) : méditer aide à mieux se concentrer.

Face aux multiples sollicitations du quotidien, nous finissons par devenir multitâches, et nous sommes de moins en moins efficaces. Savez-vous que lorsqu’on se consacre à deux tâches à la fois, on n’est efficace à seulement 80% sur chacune des tâches. Et si c’est 3 tâches, alors on passe à 60% sur chacune des tâches.

Le fait de méditer régulièrement nous permet d’augmenter notre capacité à nous recentrer.

En effet, chaque fois que l’on constate qu’on est dans ses pensées, on revient à sa respiration. Et cela renforce le « muscle » de l’attention et de la concentration.

Aussi, chaque fois qu’on se déconcentre dans notre quotidien, on le remarque de plus en plus facilement. Ainsi on peut se recentrer sur nos tâches plus facilement.

Comment se concentrer plus facilement ?

Pour bénéficier de cet intérêt de la méditation, il vous faut évidemment pratiquer régulièrement. Mais une simple action peut vous aider à vous recentrer : faire une pause toutes les heures. Faites sonner votre portable, et arrêtez-vous trois minutes pour respirer consciemment.

Pas besoin de faire plus, vous allez entraîner votre esprit à revenir à l’instant présent.  Si ce n’est pas possible toutes les heures, le peu que vous ferez vous aidera, de toutes façons.

Impact de la méditation sur notre relation aux autres :

Dans les cycles que j’anime, nous abordons le sujet des relations interpersonnelles. Et c’est souvent un thème qui déstabilise beaucoup. Nos relations sont souvent teintées de jugement, d’à priori, ou de conflits non résolus.

Les relations sont aussi dépendantes des autres, de leur comportement. Et nous ne sommes plus seul à décider ; ce que l’autre va dire ou faire peut avoir un impact sur nous.

Dans la méditation, nous apprenons à cultiver 7 attitudes, dont deux peuvent nous aider vraiment dans les relations. Voyons lesquelles et pourquoi.

Le non-jugement :

Lorsque nous rencontrons quelqu’un, la premier contact nous amène déjà à avoir un jugement. Que ce soit par rapport à son physique, sa tenue, sa façon de parler.

Et forcément ce jugement va changer notre expérience. Si vous pensez que quelqu’un est « mal fagoté » ou « repoussant », vous n’aurez pas la même attitude que si vous le trouver « charmant » ou « élégant ».

Dans la méditation, nous apprenons à accueillir ce qui est là. Si nous avons beaucoup de pensées, nous accueillons nos multiples pensées. Nous n’avons pas à nous juger pour cela.

Nous pouvons aussi accueillir nos pensées de haine, de rejet, sans pour autant nous blâmer. Nous apprenons donc à être plus doux et plus tolérant vis-à-vis de nous-mêmes.

Et nous sommes alors plus à même d’être plus doux et plus tolérant avec les autres. Nous comprenons, pour l’avoir nous-même constater, que tous les êtres humains peuvent avoir des réactions, des pensées inappropriées.

En ayant moins de jugement vis-à-vis des autres, nos relations sont plus sereines.

L’œil ou l’esprit du débutant :

Cette attitude de la pleine conscience consiste à voir les choses avec un regard neuf.

Au lieu de nous dire intérieurement je connais déjà ma respiration, nous apprenons à la redécouvrir à chaque instant.

Dans nos relations, nous pouvons avoir certains aprioris. Selon l’expérience que vous avez eue avec une personne par exemple. Si votre collègue vous a refusé de l’aide, vous pouvez penser qu’il va de nouveau refuser. Et la façon dont vous allez vous adresser à lui sera forcément différente.

Mais si vous vous adressez à une personne, en faisant comme si vous la rencontriez pour la première fois, alors tout change.

Cela peut être très intéressant pour les relations avec les proches, avec lesquels nous avons un passif affectif très fort.

La prochaine fois que vous demandez à vos enfants de ranger leurs affaires, faites comme si c’était la première fois que vous leur demandez. Vous allez voir, ça change la façon de vous exprimer. (Et je compte sur vous pour me raconter cela dans les commentaires).

Impact de la méditation sur notre humeur :

Nos humeurs sont très souvent impactées par les pensées que nous cultivons. Si nous ressassons des événements désagréables, nous pouvons nous sentir moroses, voire tristes.

Aussi, la méditation peut vraiment nous aider à voir quels types de pensées nous avons tendance à nourrir. Nous apprenons ainsi à nous en détacher avec plus de facilité.

Commencer la journée avec une pratique :

Si vous commencez votre journée avec une méditation, même de quelques minutes, cela peut vraiment faire la différence.

Vous n’avez pas besoin de pratiquer très longtemps, quelques minutes suffisent. Connectez-vous à votre souffle, puis à votre ressenti intérieur.

Observez quels types de pensées vous avez, et faite le choix de ne pas les nourrir si elles vous mettent mal à l’aise. Sans les repousser, remarquez-les simplement comme des phénomènes mentaux qui n’ont aucune réalité concrète.

L’impact de la méditation sur votre quotidien dépendra évidemment de la régularité de votre pratique.

Je vous souhaite de belles explorations.

Et je vous remercie de partager cet article s’il vous a inspiré.

 (1)http://www.espacetcc.fr/medias/files/meditation-comment-modifie-t-elle-le-cerveau-pour-la-science-no-448-fevrier-2015-1.pdf

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

1 Comment

  1. Isabelle,
    Cette phrase m’interpelle ” les pensées :phénomènes mentaux qui n’ont aucune réalité concrète” ;
    Quand en face une personne vous fait une remarque désobligeante et peut être injuste ou injustifiée, cette blessure ressentie a bien une réalité concrète , dans le sens où cela procure ou peut procurer , peine, chagrin et peut être colère comment expliquer cela , cela reste complexe dans mon esprit …..
    Merci pour cet article qui aide à savoir s’arrêter à certains moments de la journée et permet de se retrouver avec soi même

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.