Conseils de pratique Méditation Enfants

Comment méditer avec ses enfants ?

Vous pratiquez vous-même la méditation, et vous aimeriez bien partager cette activité avec vos enfants.

C’est justement le sujet de mon livre : “Méditer avec ses enfants”, aux Editions Jouvence.

Et je voudrai vous donner quelques clefs de base  pour démarrer, avec des exercices pratiques à la fin de cet article.

Pourquoi méditer avec ses enfants ?

Nos enfants sont souvent sollicités, par les médias, les activités multiples, et ils ne savent plus se poser. Ils sont également davantage confrontés au stress : pression de la réussite scolaire, défi des activités extra-scolaires.

Ils ont de plus en plus de mal à être attentif et concentrés.

En pratiquant la méditation régulièrement, ils se réapproprient cette qualité de pleine conscience qu’ils connaissent bien. En effet, les enfants sont naturellement plus attentifs que les adultes, et souvent moins dans le mental.

Ce qui s’apprend tôt, s’inscrit durablement. Ils vont découvrir un outil dont ils pourront se servir toute leur vie.

Comment méditer avec ses enfants ?

En préalable à quelques exercices pour méditer avec ses enfants, je voudrai vous donner quelques pistes sur les attitudes à adopter pendant la pratique :

L’acceptation :

Au lieu de chercher à calmer votre enfant s’il est agité, invitez-le plutôt à remarquer comme il gigote. En effet, dans la pratique de la pleine conscience, avant de chercher à changer ce qui est, on commence par l’accueillir. Cela ne signifie pas qu’on est d’accord, mais qu’on prend acte que la situation est ce qu’elle est. Ensuite, on peut agir pour la changer.

La présence :

Soyez vraiment présent, quand vous pratiquez avec votre enfant. Prenez le temps de vous poser, et faites l’exercice avec lui. Vous pourrez ainsi expérimenter en même temps que lui, et ce sera un beau moment de partage. Ne faites pas autre chose que d’être avec lui.

Pas de blablas :

Vous n’avez pas besoin de chercher à savoir ce que votre enfant a ressenti. Ce n’est pas le but, et en méditation, on essaie de ne pas rentrer dans le mental, donc pas de réflexion sur « pourquoi tu as senti ça », ou d’autres explorations. Par contre, vous êtes libre de dire ce que vous, vous avez expérimenté. Et alors si votre enfant vous raconte, écoute-le simplement. Ne cherchez pas à lui donner des conseils, ou à comprendre pourquoi il dit ceci ou cela.

L’œil du débutant :

Cette attitude consiste à découvrir chaque chose/événement,  comme si c’était la première fois. Pour en savoir plus sur cette attitude, vous pouvez consulter l’article sur les attitudes de la pleine conscience.

L’œil du débutant est très intéressant à pratiquer avec nos enfants. En effet, nous avons eu beaucoup d’expériences en commun, et nous pouvons avoir certains aprioris. On peut par exemple se dire : « je lui ai déjà demandé de faire ceci ou cela, et là je vais demander encore, et il ne va pas le faire ». Faites comme si c’était la première fois.

En cultivant cette attitude, vous allez formuler vos demandes différemment. Et vos relations seront plus paisibles.

La patience :

Encore une attitude de pleine conscience qui émerge de la pratique. Il ne s’agit pas de s’imposer d’être patient. Mais juste d’observer nos moments d’impatience. Vous pouvez être dans l’attente d’un résultat, vouloir que votre enfant reste tranquille, se calme. Essayez d’accueillir du mieux que vous pouvez ce qu’il se passe en vous. Remarquez simplement que vous vous impatientez.

Ce n’est pas facile pour un enfant de rester immobile, donc laissez le gigoter. Cela ne signifie pas qu’il ne fait pas l’exercice. Et au fur et à mesure des pratiques, il est possible qu’il soit plus apaisé pendant la pratique…ou pas 😉

La patience nous invite aussi à laisser le temps à votre enfant d’intégrer cette nouvelle pratique. Si vous pratiquez vous-même, vous savez que ce n’est pas en méditant une ou deux fois qu’on apprend à être plus serein. Il faut du temps et de la répétition.

Etre ludique :

La méditation pour les enfants n’est pas la même que pour les adultes. On utilise davantage d’images, ou de formes ludiques à travers des jeux.

L’idée étant d’amener l’enfant à être attentif à ce qu’il fait, ce qu’il vit. Aussi on peut le faire à travers des jeux : regarder par la fenêtre et voir tous les oiseaux qui passent, compter les voitures bleues sur le chemin de l’école, reconnaître les aliments qu’on mange les yeux fermés, remarquer quel objet a disparu dans le salon.

Quelles pratiques pour méditer avec ses enfants ?

Voyons maintenant quelques pratiques que vous pouvez faire avec vos enfants.

Les verres d’eau :

Vous vous mettez en cercle en famille autour de la table. Vous prenez un verre et une carafe d’eau.

  • Vous remplissez le verre à moitié, et le faites passer de main en main dans le cercle, sans le renverser.
  • Puis vous rajouter de l’eau à chaque tour de cercle.
  • Au bout d’un moment le verre sera quasiment plein, et il faudra bien se concentrer pour ne pas le renverser.

Vous pouvez donner un gentil gage à celui qui renverse le premier : faire un bisou à tous les membres de la famille, dessiner le portrait de maman/papa, faire la grimace la plus rigolote.

L’algue :

Cet exercice consiste à s’imaginer qu’on est une algue au fond de la mer. On peut faire l’exercice avec son enfant.

  • Les pieds bien ancrés dans le sol, on commence à bouger au rythme des vagues. En restant connectés et attentifs aux sensations du corps.
  • Puis la mer s’agite, fort et de plus en plus fort. Les bras bougent, la tête bouge au rythme des vagues. Les pieds restent bien ancrés dans le « sable ».
  • Plus les flots ralentissent, et s’arrêtent. Et on peut peut-être sentir encore des choses qui bougent un peu. En étant attentif à toutes les sensations.

Les enfants aiment beaucoup cet exercice qui leur permet de sentir la différence entre l’agitation et le calme.

La météo :

Cet exercice permet d’identifier les émotions que nous traversons : est ce qu’il y a du soleil, de la pluie, de la tempête à l’intérieur.

C’est ludique et beaucoup plus parlant pour les enfants que de leur demander quelles émotions ils  ressentent.

Petites précisions importantes pour cet exercice :

  • Les émotions changent, comme la météo. On n’a pas besoin de chercher absolument à les changer.
  • On n’a pas besoin de dire à l’enfant : «ne sois pas triste/en colère », mais on l’invite plutôt à remarquer ce qu’il ressent : « tu es en colère/triste ? ». Et c’est tout.
  • On peut partager sa propre météo : « tu sais moi aussi, parfois je ressens de la tempête/de la pluie, et puis ça passe ».
  • Demander à l’enfant s’il a besoin de quelque chose. C’est lui apprendre à savoir ce dont il a besoin quand il ressent une émotion. Toujours sans le forcer à s’exprimer.
  • Vous pouvez aussi dire à votre enfant ce dont vous avez besoin et quelle est votre météo. Cela l’incitera à parler plus facilement de ses émotions si vous avez de la facilité à parler des vôtres.

L’exercice :

Vous demandez à votre enfant quelle est la météo à l’intérieur de lui. Est-ce que c’est du soleil, de la pluie, des nuages.

Et vous lui demandez une autre fois dans la journée, pour l’inviter à constater que cela change. Les émotions changent. On peut être morose en se levant le matin, et plus gai à la fin de la journée.

Le sandwich mystère :

Vous confectionnez un sandwich, sans dire à votre enfant ce qu’il y a dedans. Vous lui promettez simplement de mettre des ingrédients qu’il aime.

  • Vous lui demandez de commencer à manger les yeux fermés, et d’essayer de deviner ce qu’il y a dans le sandwich.
  • Il doit deviner tous les ingrédients.
  • Vous pouvez aussi le faire avec d’autres aliments.

Cela installe la pleine conscience du manger, invite à ralentir pendant le repas.

Voilà, j’espère que tous ces conseils vous ont donné des pistes.

Si c’est le cas, partagez-le autour de vous.

Nota : vous pouvez trouver d’autres exercices dans le livre “Méditer avec ses enfants”, aux Editions Jouvence.

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.